Le vignoble de Côtes-de-Provence s’étend d’Avignon jusqu’à Nice. Il est composé de toute une mosaïque de zones géologiques différentes et de subtiles variations de climats.

La région comptabilise 1 millions d’hectolitres produits sur un total de 20 000 hectares. Les vins rosés y sont largement majoritaires (80%), mais il existe aussi des vins rouges (15%) et des vins blancs (5%).

Le vignoble des Côtes-de-Provence en deux chiffres

  • 20 030 hectares
  • 1 million d’hectolitres

Historique :

A partir du IIe siècle avant JC, les Romains s’installent dans la région, quatre siècles après sa conquête par les Phocéens. Comme dans chaque province conquise, les Romains apportent la vigne et organisent la Provincia Romana : la Provence.

 La chute de l’Empire Romain mettra encore une fois un coup d’arrêt à la vigne, et ici aussi ce sont les moines qui reprendront la culture des siècles plus tard.

Du Ve siècle au XIIe siècle, de nombreuses abbayes produisent un vin qui ne sera plus seulement destiné à la consommation des moines ou aux cérémonies religieuses. Il sera soigneusement commercialisé et participera grandement aux revenus de l’Église dans la région.

A partir du XIVe siècle, de nombreux vignobles provençaux passent aux mains des familles nobles et des notables de l’époque, ce sont eux qui construiront les fondations de la Provence viticole moderne.

Les crises traversées à la fin du XIXe et au début du XXe vont pousser les viticulteurs à se regrouper en coopératives. Fortes des 2600 ans d’histoire de leur vignoble, elles réussiront à obtenir l’Appellation d’Origine Contrôlée.

La commercialisation du vin des Côtes-de-Provence